Les sauts féminins se portent plutôt bien à Bruxelles. Camille Laus / WS et Margaux Quirin / RESC sont de véritables espoirs respectivement en longueur et perche, tandis que Linda Onana / RCB domine la discipline en Belgique déjà depuis quelques année. Le Brussels Atlhetics rebondit sur l’occasion pour vous proposer l’interview de la protégée de Jean Pecher, à savoir la camerounaise Linda Onana.   

Quel regard porte tu sur ta saison avec un record en longueur et triple, c’est pas mal non ?
Ma saison pourrait effectivement être résumée à ça. Cependant je pense que je ferais le tour de ma saison en pointant du doigt les périodes de blessures, sources de frustrations qui empêchent l'assiduité aux entraînements. Ensuite, un regain de confiance grâce premièrement à mon nouveau record au Triple Saut - 13.37m - à peine de retour sur le sautoir, et deuxièmement celui en Longueur - 6.11m. Et enfin, ma participation aux championnats d'Afrique (Marrakech 2014).

Comment se sont passés ces championnats d’Afrique ?
Plutôt bien, même si l'acclimatation n'était pas tout à fait au top. Pour moi en tout cas, ces championnats marquent un relèvement de tête sur le plan international et en sélection nationale. J'ai terminé 4e avec 13.25m, pas satisfaisant quand on se rend compte qu’on est au pied du podium sans y accéder, mais plutôt encourageant pour les échéances à venir !

Es tu soutenue par la fédération camerounaise ?

Pour ce qui est de la fédération Camerounaise d'Athlétisme, elle soutient ses athlètes à sa façon mais elle peut mieux faire.

As-tu déjà pu rencontrer ta compatriote championne olympique Mbango ? Elle t’inspire à sauter ?
J'ai connu Françoise Mbango au Cameroun. A cette époque là, je faisais encore du saut en hauteur. Nous n'avons pas encore eu l'occasion d'échanger sur la pratique de la discipline mais je pense que ça se fera très bientôt, histoire de recueillir quelques conseils.
Et pour le petit "scoop", Françoise aussi a commencé l'athlétisme en pratiquant le saut en hauteur avant de se réorienter vers le Triple Saut.
Je ne sais pas si elle est une source d'inspiration pour moi mais je dirais plutôt une source de motivation. Statistiquement, tout laisse penser que le Cameroun est un pays de triple-sauteurs quand on voit Françoise Mbango et Teddy Tamgho (originaire du Cameroun) qui sont des références en Triple Saut mondial.

Comment se passent tes entrainements ? As-tu des bonnes conditions d’entrainement aux 3 tilleuls et qu’avez-vous fait durant la
longue indisponibilité du stade suite aux travaux ?
Mes entraînements se passent super bien au RCB. Nous avons le matériel adéquat au Triple Saut. Notamment le nouveau sautoir et les plinth. Nous avons au moins une douzaine de plinth de différentes hauteurs. Nous en avons autant parce qu'ils sont indispensables dans le travail des bonds (l’essence même du triple)
Pendant la période de travaux sur la piste, on a du adapter le travail mais nous avions un terrain de football sur lequel on pouvait s’entraîner. C'était juste embêtant pour le transport du matériel.

Que fais tu comme travail activité à coté ?
En dehors de l'athlétisme, je suis éducatrice spécialisée. Cela fait presque 1an et demi que je suis diplômée. Actuellement je travaille au Parallèle (Maison de quartier et Maison des jeunes d’Auderghem) et il m'est déjà arrivé une fois d'emmener des enfants découvrir l'athlétisme.

Tes objectifs ?
Mes objectifs sportifs futurs... Mystère! Je compte me surpasser. On va dire ça comme ça.

Quel est l’intention technique la plus importante pour bien sauter ?
Alors... pour effecteur un bon saut, il faudrait, lors du cloche pied, parvenir à avoir un bon angle d'amplitude et d'ouverture.

Le triple saut est relativement peu pratiqué en Belgique. Que faire pour médiatiser davantage cette épreuve et attirer les athlètes à le pratiquer ?

C'est vraiment dommage que le Triple Saut ne soit pas très pratiqué en Belgique. Je pense qu'un réel travail de sensibilisation devrait être fait à ce niveau. Amener les jeunes à découvrir la discipline avec ceux qui la pratique déjà pourrait être une forme de motivation. Ce n'est pourtant pas si compliqué une fois qu'on a compris comment ça marche.
Pour le médiatiser, il faudrait aussi certainement inviter des athlètes ayant un bon niveau, afin de prendre part aux différentes compétitions organisées en Belgique et mettre le concours dans le programme international des compétitions...   NDR A bon entendeur, salut !

Vous pouvez suivre l’évolution de sa carrière sur sa page Facebook athlète.

Récent vainqueur de l’Ekiden avec l’Excelsior , Simon Petitjean vient de réaliser une très belle saison. Rencontre avec l’espoir (qui n’est pourtant que junior) du demi fond bruxellois ! 

Brussels Athletics : Tu collectionnes les médailles d’or cette année, combien de titres nationaux as-tu décroché ?
Simon Petitjean : 4 titres au total cette année: Les intercercles, le 1500 junior, le 4x1500 TC et tout récemment l'ekiden

BA Avec une telle moisson, je suppose que tu es satisfait ?
SP : Je suis bien sûr ravi de cette saison! Je n'avais d'ailleurs encore jamais été champion de Belgique auparavant. L'objectif principal étant d'être performant sur le 1500 (moins de 3’55) et monter sur le podium au Championnats de Belgique junior. Avec 3'54"30 et la médaille d'or aux nationaux le même jour, ce fut chose faite ! J'ai réalisé la course parfaite au moment qu’il fallait. J'étais fort dans les jambes et serein dans la tête, c'est peut être bien là que j'ai réalisé le plus de progrès cette année. A côté de ça, j'ai eu quelques beaux petits extras comme ma première expérience internationale (la coupe d'Europe à Amsterdam avec l'Excel) ou une médaille de bronze au CB de relais junior au 4x400. J’aurais voulu aller plus vite sur d’autres distances comme le 800 et steeple, mais cela concerne des distances secondaires sur lesquels j’ai peu couru. Le seul véritable point noir a été la fin de la saison hivernale et les championnats de cross où je n'ai plus rien su faire de bon! Toutefois je resignerais des deux mains pour refaire une telle saison l'année prochaine!

Tu as déjà du en bouffer des kilomètres dans ta vie, quels sont les endroits à Bruxelles ou tu préfères t’entrainer ?
En dehors des entraînements pistes réalisés pour la plupart au stade Roi Baudouin, je sillonne un peu tout Bruxelles à la recherche de beaux parcours. Mes préférés sont le bois du Laerbeek et ses alentours, le tour de Wemmel bien connu par les joggeurs du clubs et un tour du côté du petit chemin vert à NOH , sans oublier évidemment les magnifiques parcs de Tervuren et d'Auderghem (forêt de Soignes) où j'ai l'habitude de bien transpirer, même pendant l'hiver!

Comment t’entraines-tu ? Qui rédige tes plans d’entrainement ?
C'est toujours Dirk Vanderherten, ancien marathonien olympique, qui m'entraîne. Il n'est pas rare que je parte seul pour une endurance. Mes partenaires favoris sont Thibault Nicodème et Thomas Govaert / RESC quand je suis à Bruxelles. A Louvain la Neuve, depuis un mois maintenant, je cours souvent avec trois athlètes d'autres clubs; Mathéo Ladang de Dampicourt, Nicolas Spigeleer de l'USBW et Tanguy Fontaine du CS Dyle.

Que fais-tu comme étude ?
J'ai commencé il y a un mois des études de bio-ingénieur à Louvain la neuve et ça me plaît vraiment pour l'instant!

Comment s’organise une semaine type pour toi ?
Je cours en général tous les jours, avec un jour de repos tous les 12 entraînements à peu près. Il m'arrive parfois de m'entraîner deux fois par jour lors de stages ou lors de la préparation des plus gros objectifs. Je fais en général 4 ou 5 endurances sur la semaine, en variant les distances et les rythmes bien évidemment. Cela me laisse donc 2 entraînements sur la piste, généralement une séance plus longue et une plus courte dite de résistance. Je m'entraîne désormais à LLN la semaine et à Bruxelles le week-end.

Tu as participé à l’Ekiden samedi, quel engouement trouve-t-on à courir en équipe ?
Il y a une vraie tradition de relais à l'Excelsior, et je suis vraiment ravi de contribuer à perpétuer celle-ci. C'est vraiment une ambiance particulière et très chouette. De plus, c'est une bonne manière de représenter le club à travers la Belgique. Comme on se retrouve souvent les mêmes dans les différentes équipes de relais, on devient amis en plus d'être coéquipiers. Voilà donc pourquoi je ne refuserai jamais une sélection en relais.

Quels sont tes objectifs pour cette année ?
L'objectif principal de l'hiver sera de construire une base solide pour bien performer l'été prochain sur 1500! Cela ne veut pas dire que je m'alignerai sans ambitions au départ des cross! Je compte bien figurer dans le top 10 des les premières cross cup, avant d'espérer un coup d'éclat en fin d'année. La saison commence dès dimanche avec la première manche, une nouvelle épreuve en relais. On y espère un nouveau beau résultat d'équipe. Mis à part les championnats universitaires, il ne devrait pas y avoir d'autres compétitions indoor au programme. Pour les objectifs de l'été, même si c'est encore loin, je vise de descendre sous les 3.50 et pourquoi pas aller chercher le record du club (3'48''9) voire la qualif au CE junior (3'46). Il peut se passer tellement de choses d'ici là (bonnes comme mauvaises) que l'on verra bien. Mais c'est sur qu'après avoir remporté le titre sur 1500 en première année, je ne voudrai pas descendre de la première marche!

Et pour conclure, quel est ton rêve en athlé ?
J'arrive à rester lucide par rapport à mes résultats et à mes capacités, même si je profite bien évidemment de mes résultats actuels. Je n'ose donc pas parler de jeux olympiques, une participation à des CE juniors ou espoirs serait déjà géniale maintenant que j'ai réalisé mon premier grand rêve, devenir champion de Belgique!

photo N.Lins et LBFA

FX

L’athlétisme se distingue des autres sports par sa diversité d’épreuves. Il y a en pour tous les gouts. Toutefois même si toutes les disciplines sont olympiques, certaines demeurent méconnues et illogiquement dans l’ombre.
C’est le cas malheureusement du lancer du marteau. RSC Anderlecht organisait ce dimanche la seule compétition bruxelloise de l’année de ce lancer spectaculaire!  Il s’agissait des championnats de Bruxelles du marteau, accompagnés des autres lancers (hors championnats).


Laurence Reckelbus / RCAS est sans conteste la meilleure lanceuse de la capitale. Elle vient de remporter ce championnat et possède un palmarès tellement long qu’il en donne le tournis !
« Je n’ai pas compté mes titres bruxellois, je sais juste que je reste invaincue à Bruxelles depuis toujours » C’est au Racing club de Bruxelles avec Jacques Mortier que Laurence a commencé à titiller le marteau dès 12ans. Le marteau n’existait pourtant pas encore en compétition pour les filles, mais j’appréciais déjà beaucoup et je m’y débrouillais bien  (apparition en 1995)« La sensation d’accélération en tournant et l’adrénaline de la performance m’ont toujours motivés dans ce lancer ». Cette passion l’a amenée à décrocher 2 titres nationaux toutes catégories, 4 chez les masters et un solide record personnel à 52m88.


"En 1997, j’ai arrêté de m’entrainer. J’en avais marre de ne pas pouvoir m’entrainer dans des infrastructures adaptées. Lancer dans le zoning industriel de Zellik n’est pas très excitant. Le marteau est toujours mis de coté. Par crainte d’abimer les pelouses, on peut rarement lancer sur les stades. Même dans les compétitions, on doit lancer en avant programme ou en clotûre de compétition! Pire encore, pour les championnats de Belgique, le marteau doit se faire à Nivelles sur un terrain annexe tandis que les autres foulent la prestigieuse piste du stade Roi Baudouin. C’est assez navrant, mais nous devons l’accepter, car il en est ainsi en Belgique ».
Depuis 2009, elle a repris le chemin de l’entrainement. « Ma fille m’a encouragé à l’accompagner au stade alors qu’elle débutait à Schaerbeek. Depuis lors, je suis à nouveau mordue ». Entretemps Laurence est revenue à un niveau de performance plus qu’intéressant avec le record de Belgique master planté cette année du haut de ses 39ans à 47m46.  Une performance qui la situe encore 9ème belge parmi les séniors en 2014!


"J’espère relancer l’année prochaine plus de 50mètres, ce serait beau ! Je viserai aussi les championnats du monde master à Lyon. Comme il n’y a pas d’infrastructures à Bruxelles, je dois m’exiler à Malines ou Louvain pour trouver un groupe d’entrainement dirigé admirablement par Katleen Dewolf.
J’apprécie de m’entrainer avec ce groupe qui compte en ses rangs le champion de Belgique Tim Decoster. Toutefois pour stimuler le marteau à Bruxelles, c’est difficile ! Comme personne ne lance, comment donner l’envie aux jeunes de le pratiquer ? Comme les terrains de foot sont prioritaires sur les lancers, il faudrait créer des terrains de lancer annexes. Il y a quand même encore quelques terrains vagues dans la capitale. Il suffirait de le sécuriser avec une cage !"

 


"Les lanceurs sont sous médiatisés. Trouver un sponsor est mission impossible".
Pour illustrer cela, la sprinteuse Dafne Schippers a été élue meilleur athlète européenne de l’année ! Elle a réalisée une magnifique saison avec un doublé européen et la 28è performance mondiale de tous les temps. Pourtant la 2ème du classement (Anita Wlodarczyk) est aussi championne d’Europe, remporte le challenge mondial et a tout simplement battu le record du monde de sa discipline ! En toute logique Anita supplante la sprinteuse…mais voilà, comme c’est une lanceuse de marteau, on y accorde moins de crédits et c’est regrettable !

« Toutefois, c’est pas la gloriole qu’on recherche dans le marteau, mais le plaisir ! L’ambiance y est d’ailleurs particulièrement conviviale. Je conseil à tous les jeunes d’y gouter car ils y trouveront une discipline épanouissante". A présent, tant que la santé tient, je me vois bien continuer encore longtemps ! On retrouve encore des lanceurs belges dans la catégorie +85ans... Laurence a donc encore de belles années de lancer devant elle !

Découverte du marteau en vidéo, pour se donner l'eau à la bouche!

FX

Le rideau va bientôt se baisser sur la saison « estivale ». Alors que la plupart des athlètes ont déjà rangé leurs spikes au placard,  il reste pourtant encore 4 meetings dans notre capitale (18/10 WS, 19/10 à Schaerbeek, 25/10 CSF et 26/10 RSCA) !

On peut déjà tirer quelques bilans sur la saison écoulée. On se réjouit de voir l’éclosion de plusieurs jeunes talents bruxellois ! Parmi ceux-ci, la sauteuse en hauteur Claire Orcel / CSF a marqué les esprits par sa progression épatante ! Rencontre avec la révélation de l’année qui n’est encore que scolaire !

Tout d’abord comment va ta santé suite à ta blessure aux jeux de la jeunesse ? Tu étais pas trop frustrée de ne pas avoir pu y défendre tes chances ?
Je suis tout à fait remise de mon problème de hanche, les entraînements ont repris et tout va pour le mieux. J’ai été frustrée, mais j’ai accepté la situation et fait avec. Voir la finale alors que j’avais mes chances d’y être à été dur ! Toutefois j’ai vécu mon concours à travers celui d’Elodie Tshilumba la luxembourgeoise qui est ma grande amie. Sa 5ème place m’a ravie, c’est comme si c’était moi qui était 5eme !

Ça te donne envie de revivre ça chez les séniors ?
Je veux devenir athlète pro et allez au JO en 2020 et les gagner (enfin, c’est ce qu’il faut se dire) J’adore les compet' internationales et je veux en faire le plus possible !

Quel fut le meilleur souvenir de ta saison ?
Ma qualification in extremis au EYOT en sautant 1.77 m, une barre qui m’a donné beaucoup de fil à retordre! 

Ta progression est la suivante : 1m50 en 2011 , 1m56 2012 , 1m61 2013 puis BOUM 1m82 en 2014 ! Pensais-tu pouvoir franchir une telle barre cette année ? Explique nous le secret de cette progression épatante ?
Avec Thierry Briquemont (mon entraineur), on a décidé de nous entraîner à Mounier pendant l'hiver et de travailler ma technique qui est de loin mon gros point faible. Je savais que j'allais atteindre le mètre 70 , peut-être même le 77 mais 1.82 , ce n’est que cet été, après les EYOT que j'y ai pensé !

Avant, tu sautais surtout en longueur, qu’est-ce qui t’a incité à changer de discipline ? Tu feras encore un peu de longueur à l’avenir ?
L’année passée, je sautais en longueur parce que j’y étais assez forte naturellement et que bon, quand on est fort dans une discipline, on l’aime plutôt bien ! Mais j’ai toujours su que j étais plutôt faite pour la hauteur (déjà d’un point de vue du physique). Cette année, on a été pris de court entre les EYOT et les YOG et on a du mettre la longueur un peu de côté mais normalement, je devrais revenir au bac de longueur en 2015

A quel âge as-tu commencé l’athlétisme et as-tu fais d’autres sports avant ?
J ai commencé l’athlé à 12,5 ans. Avant, je faisais de la gym et de l’équitation qui est ma deuxième grande passion. Ça a été très dur d’arrêter l’équitation pour me consacrer exclusivement à l’athlé, mais je ne regrette pas ce choix !

Combien de fois par semaine t’entraines-tu ? Comment se déroule ta semaine type ?
J’ai 5 séances au programme en hiver : mardi: résistance /mercredi: musculation / vendredi: technique course ou longueur quand le tps le permet / samedi: hauteur à Mounier (salle de Woluwé) et dimanche: musculation ou technique course.
En été, il y a une séance en moins car on ne va plus à Mounier.

Qu’est ce que tu apprécie particulièrement dans le saut en hauteur ?
J’aime beaucoup les choses aériennes, où il faut prendre de la hauteur. Le peu de temps que je passe en l’air est juste fantastique et l’idée de savoir sauter à ce jour 1m82... en hauteur est sympa !

Dans quel(les) domaine(s) pense- tu pouvoir progresser à l’avenir?
Partout: mon gros point faible est la technique, je ne suis pas encore très arquée au dessus de la barre. En muscu, on est plus dans une phase d’initiation, j’apprends à faire chaque exercice correctement avec des poids légers. En ce qui concerne la vitesse, pour le moment, je suis à la vitesse maximum pour ma course d élan. Si j’accélère plus, je ne pourrai pas transformer cette vitesse acquise en impulsion... NDR c’est pour ça qu’on parle de vitesse optimale pour les élans !

Quels sont tes objectifs pour l’année prochaine?
Je vise un podium à l’Euro junior en Suède cet été et je veux me rapprocher le plus possible du mètre 90 et pourquoi pas le dépasser. NDR pour info, à Eugene aux mondiaux juniors, la 3ème européenne avait franchit 1m88

Ton entraineur T. Briquemont est un grand spécialiste de la hauteur, comment se passe les entrainements ensemble ?
Les entraînements se passent super bien, j’ai de la chance d’être tombée directement sur le bon coach. J’ai beaucoup d’énergie et je pense qu'il est l’un des rares à savoir la gérer. On est sur la même longueur d’onde. Il veut me faire progresser par étapes pour arriver au meilleur niveau et y rester plus longtemps possible.

On lui souhaite bonne continuation pour atteindre des sommets !

FX

Bruxelles-Paris, le derby des capitales sera à l’affiche ce dimanche du coté du stade Terdelt de Schaerbeek. Après avoir perdu l’année passée au mythique stade Charlety à Paris, nos jeunes bruxellois auront à cœur de prendre leurs revanches à domicile.  Ce duel est devenu une tradition qui existe depuis 1978 ! 

On y retrouvera nos meilleurs minimes et cadets qui affronteront leurs homologues français. 
L’équipe est constituée de 2 athlètes par discipline, plus quelques hors matchs.
Comme on dénombre quelques différences entre les épreuves françaises et belges concernant les hauteurs de haies ou distances, les disciplines seront plus traditionnelles afin de convenir aux 2 équipes. Saviez vous que l’appellation des catégories était aussi différente?
Nos minimes sont en fait des benjamins en France et nos cadets sont minimes chez les bleus ! Vous voilà renseigné pour dimanche ! 

Cet évènement organisé par l’entente bruxelloise permet de créer un sympathique esprit d’équipes entre les clubs. En outre, il est idéal d’associer les minimes aux cadets alors que d’habitude ces 2 catégories s’expriment dans des compétitions distinctes (minimes chez les enfants et cadets chez les adultes). Ce qui n’est pas le cas chez nos voisins d’outre Quiévrain.  

Retrouvez ici la composition de l’équipe.

Formation juge athlé!

Pour rappel, une formation pour devenir officiel vous est proposée gratuitement ce samedi à 10h dans les locaux de la fédération!


Meeting samedi à 'Excelsior

Il y aura également une compétition au programme ce samedi au stade Roi Baudouin. L’occasion de profiter des derniers rayons de soleil de la saison estivale pour « perfer » ! 
Infos sur le site de l’Excelsior

FX

Aller au haut