Le coup d’envoi de la saison de cross a été donné ce dimanche à Gand, sur le magnifique site du Blaarmersen, non loin de la salle d’athlé. wss cross
C’est désormais sous forme de course relais en trio que la cross-cup ouvre ses débats. Un principe qui récolte un fameux succès avec pas moins de 1000 équipes alignées dans les différentes catégories. Force est de constater que quand l’athlé se décline collectivement, le succès est souvent de la partie.


Pour les spécialistes des labourés, entamer la saison avec un relais permet de reprendre contact en douceur avec la compétition. Il y a moins de stress et beaucoup de convivialité, soit de quoi se mettre en jambes avant que les grosses échéances n’arrivent.


Commençons par la victoire bruxelloise du jour ! Elle nous vient d’un trio rudement rapide du White star chez les minimes garçons. Mohammed Lamsakam, Thibault Lelièvre et Mathys Latinne ont dominé leur catégorie pour s’imposer devant 89 autres équipes en 9 :41 pour 2800m ! De quoi rendre fier leur  coach Hugo Dewandelear.


Chez les seniors, la team élite de l’Excelsior s’est distinguée en montant sur la 3ème marche du podium. Dans une course très relevée, les bleu ont décroché leur meilleur résultat dans cette épreuve. Les clubs du brabant flamand de l’OEH et du VAC furent intouchables avec leurs leaders respectifs Kimeli et Kibet. Franky Hernould, Koen Nart et Kim Ruell ont réussi à laisser derrière eux des solides écuries comme Leuven et Liège. Cette 3ème place permet aussi de prendre un bon départ dans le classement de la cross cup pour nos bruxellois, puisque quelques points y furent distribués.
Dans ce contexte de haut niveau, on appréciera également l’enourageante 18è position de la Forestoise avec Baouab, Soughou et El Mouaziz. A signaler que Yassin Soughou participait pour la 1ère fois pour son nouveau club.


Chez les filles, l’Excel réalise une excellente 9è place. Rani Nagels volait sur le parcours et a departypassé le témoin largement en tête à sa partenaire Jessie Tshiasuma.  A l’instar d’Agnes Laurent, elle s’est battue vaillamment pour maintenir l’équipe dans le top 10. Pour rappel, Rani est une spécialiste du 400m qui est visiblement plutôt polyvalente !
Enfin, terminons sur cette note positive avec cette 7 ème place acquise par les juniores filles de l’Excelsior. Chapeau à Soraya Hadj, Camille Muls et Lina Barhdadi pour cette perf !


On se réjouit de revoir à ce niveau le cross bruxellois et nous encourageons l’ensemble des clubs à participer à ce genre d’évènement. Cela fidélise les athlètes à leur sport et rend la pratique du cross encore plus ludique !
La manche suivante de la cross cup sera le 1/11 à Mol et le prochain cross sur les terres de la capitale se tiendra le 22/11 à Evere.
Les résultats
Le large résumé vidéo sur sporza :

La saison de piste s’achève fin octobre, mais les championnats sont désormais terminés, tous les champions sont donc connus. Les derniers à le devenir furent Laurence Reckelbus /RCAS et Tom Bernard / RESC qui remportèrent le titre provincial TC au lancer du marteau à Anderlecht. Pour info, Anderlecht fut la seule compétition bruxelloise de l'année proposant du marteau à son programme!
L’occasion nous est offerte de parler de cette belle discipline qui mérite davantage d’attention médiatique et de rendez vous dans le calendrier.


Laurence, la locomotive de ce lancer sur Bruxelles vient d’en faire son plaidoyer sur sa page facebook afin de re-clamer haut et fort son amour pour le marteau en invitant les athlètes à persévérer dans cette voie. tom
Tom Bernard vient de réaliser son record personnel à 52m15 et nous dévoile ses impressions sur sa passion du marteau
« Tout d’abord, je suis satisfait de ma performance car on est tard dans la saison et j’ai pas pu m’entrainer régulièrement cette semaine à cause de mon dos qui était bloqué. Le plateau ne me convenait pas trop non plus. L'année prochaine j'espère lancer régulièrement au-dessus de 55m, si je m'entraîne régulièrement, il y a moyen ! Mais va falloir bosser !"


Essayez-le marteau et vous apprécierez !


"Pour réveiller le marteau en Wallonie-Bruxelles il faut tout d'abord des infrastructures, mais aussi qu’elles soient accessibles et pas seulement réservées aux lanceurs de disque. En effet, on retrouve de nombreuses cages où le marteau est interdit parce qu'il fait des trous dans les terrains. Ensuite le manque d’entraineur est criant !
Il est impératif de montrer la discipline aux jeunes et d’en parler. De nombreuses personnes ne connaissent même pas l'existence de cette épreuve pourtant olympique (même si je pense qu'on en parle plus ces temps-ci). Il faut que les lanceurs de marteau arrêtent d'être mis à l'écart. Je me demande parfois si je fais partie de l'athlétisme ou d'un sport à part. De ce fait, l'ambiance est plate, il y a peu de concurrents et on est trop souvent seul au lever du soleil sans aucun spectateur. J’estime que la discipline ne doit pas être tant mise à l'écart. Il est possible de lancer en même temps que le reste du programme athlétique. La preuve est flagrante en regardant les dates des championnats, nous lançons 2 semaines après les autres dans un endroit totalement différent.

Pourtant les sensations sont agréables, porter le marteau de 7kg est parfois difficile et malgré cela il vole à plus de 50m (pour ma part) !laur C'est vraiment grisant de le voir voler ! De plus c'est une technique qui "glisse" où il n’y a pas vraiment d'à-coup. Quand le marteau siffle dans les airs, c'est également plaisant, ça ajoute de la beauté au geste."


Comment je suis devenu marteau

"J'ai découvert la discipline parce que je lançais régulièrement les 3 autres lancers et ma petite taille est moins gênante pour la pratique du marteau. J'ai donc essayé lors d'une compétition à Ciney et Thierry Despontin m'a initié et proposé d'aller à Jambes pour m'entraîner avec lui. J'ai eu la chance d'avoir mon père qui m'a soutenu et me conduisait à gauche et à droite afin de me donner la possibilité de m'entraîner.

Je compte combiner au mieux avec mes études en kiné. Vu qu’il n’y a pas beaucoup d’aires de lancers disponibles pour le marteau, ça reste la galère pour s’entrainer. Je regarde pour aller lancer peut-être à Betrix, mais l'essence coûte cher. Il faut donc se débrouiller"…

Retrouvez ici queques photos des provinciaux de marteau

Et voici pour le plaisir des yeux, ce que ça donne quand cet art est maitrisé

FX

Aller au haut