En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site.

Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :

  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.

Voir la directive sur la confidentialité.
Afficher les documents RGDP (fr) / GDPR (gb)

frnlendeites

IMAGE 2019 02 05 02

La Fédération belge cherche ses « Rasta Rockets » – Broothaerts forcément partant


Un (ex-)athlète explosif, rapide et puissant pour servir de pousseur à un bob masculin ? Même s’il avoue « ne pas aimer le froid », s’il y a un sprinter qui correspond à ce profil et qui n’a peur de rien, c’est bien Damien Broothaerts ! A 36 ans, le spécialiste du 110 m haies, qui essaye aujourd’hui d’enquiller les performances dans la catégorie « masters », ne dit pas non quand on lui parle du projet de la Fédération belge de bobsleigh. «On en a souvent parlé, avoue-t-il. On m’a dit que j’avais le profil idéal, avec ma pointe de vitesse sur sprint court et le fait que je sois assez lourd. A priori, cela ne m’intéressait pas plus que ça, mais, comme je suis un peu fou, s’il y a un budget pour ce type de projet, je suis partant pour écouter ce qu’on me propose. Je ne vais pas dire que je suis enthousiaste, mais je suis ou- vert à la discussion. Tant qu’il y a un challenge… »

Côté féminin, à 25 ans, Jolien Boumkwo, la lanceuse de poids et de marteau affiliée à l’Excelsior Bruxelles, présente, elle aussi, un gabarit intéressant. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’elle a déjà été contactée pour s’y reconvertir et qu’elle reconnaît y avoir pensé. « Mais, en analysant les pour et les contre, je me suis rendu compte que cela nécessitait beau- coup de temps, notamment en séjours à l’étranger, et d’investissement. Je travaille pour le moment à mi-temps chez Deloitte et cela me semble difficilement combinable. Et puis, je l’avoue, je ne désespère pas d’aller un jour aux Mondiaux ou aux Jeux olympiques en athlétisme. » ■

On connaissait le bob à deux et le bob à quatre. Dans trois ans, à Pékin, on découvrira le monobob, le bobsleigh individuel comme le dit son nom, qui devrait ouvrir de nouveaux horizons en termes de développement pour pas mal de fédérations, dont la belge. La Fédération belge proposera un stage de six jours à La Plagne, du 18 au 24 mars, à une athlète féminine intéressée par l’aventure, pour un entraînement intensif à cette nouvelle discipline. Avis aux candidates !

Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Article Le Soir - 05/02/2019 - Ph. VDW
Aller au haut