En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site.

Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :

  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.

Voir la directive sur la confidentialité.
Afficher les documents RGDP (fr) / GDPR (gb)

IMAGE 2019 03 18 01

Quel beau bilan ! Les championnats LBFA de lancers longs auront accueilli un beau plateau d’athlète, avec même une athlète de la VAL présente sur le concours de marteau. Dix athlètes bruxellois ont fait le déplacement jusqu’au stade Jonet de Charleroi, avec onze breloques remportées.

Pourtant, ni le froid ni les bourrasques de vent n’auront été en faveur des lanceurs ce samedi. Au programme, des épreuves de disque, de javelot ou encore de marteau qui ne peuvent se pratiquer en indoor. Ce championnat permettait donc de lancer leur saison estivale dans des conditions… hivernales. Mais les bruxellois s’en sont plutôt bien sorti. Claudio Salvaggio – l’athlète de l’Excelsior – repart avec deux titres, s’imposant tant sur le concours de marteau (58m72) que sur le disque (42m34) et ce, malgré une blessure au tendon d’Achille. L’Excelsior aura marqué ces championnats, parvenant à placer un athlète (voir deux) sur chaque podium, sauf au marteau chez les dames. Sur dix-huit médailles en jeu, le club de la capitale repart avec huit breloques. En plus de Claudio, Florent Gets décroche lui aussi le titre sur le concours de javelot, et prend l’argent au disque. Vice-champion de Wallonie, on retrouve également Tom Bernard au marteau (et troisième au javelot), Morgane Montilla au javelot, « cette deuxième place, c’est prometteur et de bonne augure pour la suite », alors que l’athlète du RCAS Laurence Reckelbus décroche elle aussi l’argent sur le concours de javelot et termine cinquième au disque juste derrière Sarah Muller… sa fille ! « Tu as quand même réussi à battre ta mère, » rigole-t-elle !

De couleur bronze, on notera les deux breloques de Danièle Denisty – la maman de Nafi affiliée au White-Star – qui monte sur la boite du concours de javelot et de marteau. Enfin, Stéphanie Reynaerts prend le bronze au disque et termine au pied du podium sur le concours de marteau.

Dans les restes des résultats, on notera la cinquième place de Jonathan Guillaume au disque (38m27), qui passe à 67cm du podium, quatrième place pour Benedicte Adam au javelot (26m68), à 1m du podium, et une sixième place pour Bene au disque (25m68).

Dans le reste des résultats, le CABW repart avec trois médailles, alors que l’Arch (Namur), le ROCA (Namur), Bertrix (Luxembourg) et Dampicourt (Luxembourg) remportent une seule médaille. Bruxelles était donc bien représentée dans ces championnats et montrent que l’épreuve des lancers se porte plutôt bien !

Bilan bruxellois

OR

-          Claudio Salvaggio : Marteau et disque

-          Florent Gets : Javelot

ARGENT

-          Florent Gets : Disque

-          Tom Bernard : Marteau

-          Morgane Montilla : Javelot

-          Laurence Reckelbus : Marteau

BRONZE

-          Tom Bernard : Javelot

-          Danièle Denisty : Javelot et Marteau

-          Stéphanie Reynaerts : Disque

Athlètes présents

  1. Excelsior & CABW : 7 athlètes ;
  2. CRAC : 6 athlètes ;
  3. GOSP : 3 athlètes ;
  4. RCAS & BBS : 2 athlètes ;
  5. ARCH, RFCL, CLO, MOHA, OCAN, RIWA, CSDY, DAMP, WS, OSGA et SPA : 1 athlète.

 

Résultats complets 

 

 

IMAGE 2019 03 14 01

Credit photo : NL

Ils étaient plus de 500 amateurs de jogging ce mercredi à braver la pluie battante et les bourrasques de vent pour l’édition 2019 des 10km d’Alma sur le campus de l’UCL à Woluwe Saint-Lambert. L’édition 2019 organisée par le Cercle Sportif des Étudiants de l’UCL a dû subir quelques modifications de parcours de dernière minute. Après avoir reçu l’interdiction de passer par les parcs et le Ravel, l’organisation a dû se résoudre à réduire les 10km à 6km avec un départ depuis la Place Martin V et une arrivée sur la Place Jean-Baptiste Carnoy. La victoire finale est revenue au Bruxellois Adrien Debray, l’athlète affiliée au White-Star, qui boucle le parcours dans un temps de 18min47, devançant au sprint Kevin Kavi. Un autre athlète bruxellois – Arnaud Van Vracem – affilié à l’Excelsior, se classe cinquième en 19min45.

Un peu derrière, à un tout autre rythme, et avec une difficulté supplémentaire, nos athlètes du club handisport se sont démenés dans ces conditions pour venir boucler le parcours des 6 kilomètres dans un temps d’une heure et treize minutes. Un bel exploit pour ces sept athlètes qui se sont partagés le parcours sous forme de relais, pour terminer les derniers 400m tous ensemble, pour venir franchir la ligne d’arrivée main dans la main.

Ce jogging – où Cap 48 était un des partenaires – a permis de démontrer que le handisport a sa place aussi dans les joggings. Initialement, des athlètes en handbike étaient également au programme, mais les conditions n’ont pas permis de maintenir ces coureurs.

Retrouvez l’after-movie de cette course sur notre page Facebook.

Résultats complets 

 

IMAGE 2019 03 11 01

Ce vendredi 08 mars, Léa Bayekula - White-Star - a reçu un « Individual Award » lors des Belgian Women Sport Awards. Le 08 mars, journée internationale des droits de la femme, c’est à cette date symbolique que les organisateurs ont choisi de mettre en lumière les sportives belges lors des Belgian Women Sport Awards. Pour cette seconde édition, la cérémonie, organisée par Arabel Sport, a récompensé les athlètes de haut niveau, avec un accent particulier sur le handisport.

L’objectif de la soirée était de mettre à l’honneur les athlètes pour leur parcours sportif mais aussi les ASBL, les associations et les clubs qui œuvrent pour le milieu du sport.

Article dans La Capitale 

 

IMAGE 2019 03 11 02

Les championnats de Belgique masters indoor sont généralement caractérisés par une forte pluie de médailles. C’était une nouvelle fois le cas ce dimanche avec pas moins de dix nouveaux records nationaux améliorés. A côté de ça, 22 médailles (!) ont été remportées par nos Bruxellois. La veille, Gand accueillait les championnats Universitaires, avec de beaux résultats de nos étudiants, qui parviennent à combiner sport et étude.

A bientôt 36 ans, Damien Broothaerts garde toujours cette même passion pour l’athlétisme. A présent dans la catégorie M35, le sociétaire de l’Excelsior a amélioré deux nouveaux records de Belgique, sur 60m haies (8’00) et sur le 200m (22’60). « Papy est toujours là ! Je me sens vraiment bien, toujours à l’écoute de mon corps. Je suis mon propre entraineur, je planifie moi-même mes séances et j’ai la chance d’évoluer dans un chouette groupe qui me respecte. » Damien est en pleine préparation pour les Mondiaux Masters indoor qui se dérouleront à Torun, où il sera aligné sur ces deux mêmes épreuves.

Article La Capitale

Difficile de recenser tous les résultats tellement la densité était élevée. On retiendra les médailles suivantes :

OR

-          Benedicte Adam/RESC-W40 : poids (10m37)

-          Yvan Ody/RCB-M55 : 60m haies (13’02) & triple-saut (7m63)

-          Daniele Denisty/WS-W50 : poids (11m07) & hauteur (1m36)

-          Godelieve De Ridder/WS-M60 : poids (7m52)

-          Marian Apostol/RCB-M65 : 60m (8’71) & 200m (29’36)

ARGENT

-          Stéphanie Reynaerts/RESC-W35 : poids (8m90)

-          Emmanuel Fellemans/RESC-M45 : 60m (7’97) & 200m (26’07)

-          Caroline Boonaert/RESC-W50 : 60m (9’29) & 200m (31’99)

-          Luc Despontin/RCB-M70 : 800m (2 :58’60)

-          Gilles Martin/CSF-M45 : hauteur (1m55)

-          Jawad Hsaine/WS-M40 : 1500m (4 :22’97)

BRONZE

-          Laurence Reckelbus/RCAS-W40 : poids (8m62)

-          Serge Wingers/CSF-M35 : perche (1m80)

-          Catherine Bourgeat/CSF-M55 : 800m (3 :11’10) & 1500m (6:21’62)

Classement bruxellois :

  1. Excelsior : 8 médailles
  2. RCB : 5 médailles
  3. White-Star: 4 médailles
  4. CSF : 4 médailles
  5. RCAS : 1 médaille

Résultats complets

Championnats Universitaires

La pratique des sports universitaires est bien différente entre les Etats-Unis et la petite Belgique. Le sport joue un rôle essentiel pour les étudiants américains et leur attachement pour leur université est très important. Aux USA, les athlètes universitaires sont glorifiés, voir même starifiés et bénéficient d’une bourse d’étude. Un athlétisme par équipe très fort et très présent que ne connaît pas vraiment la Belgique. « Nous essayons de créer un engouement, un esprit d’équipe lors des championnats. Ce n’est pas encore parfait, il n’y a pas cette ambiance comme aux Etats-Unis mais nous y travaillons, » précise Maxime Delvoie, capitaine de l'équipe des Wolves - l'équipe universitaire de Louvain-la-Neuve. Lors des championnats de Belgique universitaires d’athlétisme, une compétition où pas moins de 34 universités s’affrontent, c’est une nouvelle fois l’Université de Gand qui s’impose, devant l’UCL et la KUL. Les Wolves venaient pourtant pour la victoire.

Plusieurs de nos athlètes bruxellois faisaient partie de cette équipe de l’UCL comme Jean-Paul Ngongo-Essomba/CSF, Geraldine Dheur /IAAC ou encore Chloé Van De Sype/RESC.

On notera également la présence de Franck Keita/CSF sur 60m (7’20), de Saliyya Guisse/RESC en longueur (5m88) et sur 60m (7’87), de Jalika Badji/RESC sur 60m (8’05) et 200m (25’35) ou encore de Camille Muls/RESC, qui s’impose sur le 1500m (4 :27’28) juste devant Louise Hayez/WS (4 :41’52).

Résultats complets

 

 

IMAGE 2019 03 08 02

Ce vendredi 8 mars, c’était la journée internationale des femmes. L’occasion de mettre à l’honneur les sportives mais également, de rappeler l’importance du sport dans la recherche de mixité dans la société. Pour certains, il y a quelques années encore, les femmes faisaient du sport pour s’amuser, les hommes, eux, pour performer. Mélanger les genres et affirmer sa place en tant que femme, un combat quotidien ?

« C’est une difficulté supplémentaire, il faut montrer que nous aussi on est là ! »

Le sport féminin ne s’est jamais aussi bien porté en Belgique. A occasion du « Belgian Sport Women Awards 2019 » organisé ce vendredi soir dans la salle du Claridge, plusieurs athlètes étaient mises à l’honneur comme les Red Flames, les Belgian Cats, Sanae Jah, les sœurs Sana ou encore Léa Bayekula, athlète paralympique spécialiste du 100 et 200m. Atteinte de spina bifida, Léa n’a pas l’usage de ses jambes. Mais grâce à la force de ses bras et à son mental d’acier, elle a obtenu des titres de championne de Belgique et a déjà battu plusieurs records de Belgique. Pour elle, voir des femmes sur le devant de la scène lui procure une motivation supplémentaire.

« Oui ça motive de voir des femmes s’illustrer sur la scène internationale, comme Cynthia Bolingo récemment. C’est une fierté, en plus c’est une congolaise comme moi. Elle nous montre que c’est possible, qu’il faut y croire. Surtout à entendre les commentaires avant la course, personne n’y croyait, ou au mieux une troisième place. Elle nous montre qu’on peut y arriver. »

Pour Léa, il n’y a jamais eu d’autres choix que l’athlétisme, « bien que j’ai fait un peu de basket-ball dans le passé. « Mais je voulais un sport où je ne dépendais que de moi-même, où dans la défaite je ne pouvais qu’en vouloir à moi-même. » Dans son équipe de basket, elle était la seule fille, « j’avais l’impression d’être un homme. Je me comportais comme un homme, je poussais, je bousculais les autres. Ici je me sens féminine, moi-même, la femme qui veut s’affirmer. »

Léa se sent « loin d’être une icône » mais veut véhiculer un message de changement, « ne pas rester toujours dans sa zone de confort, il faut bouger, vivre. »

Nafi Thiam, Nina Derwael, de nombreux titres et médailles plus tard, les chosent évoluent. Mais il reste encore du chemin à parcourir.

Christine Schréder – Madame foot, le visage de BeTV et VOOfoot

-          Christine, est-ce important pour vous d’être présente au « Belgian Sport Women Awards 2019 » ?

Oui, ça fait énormément plaisir de participer à ce genre de cérémonie où les sportives sont mises à l’honneur de manière individuelle mais aussi collective. Personnellement, je ne suis pas pour la différence qu’on met entre les hommes et les femmes. Heureusement que le cas inverse n’existe pas (rires). Mais c’est vrai qu’encore en 2019, c’est plus compliqué pour des femmes de réaliser des exploits, mais surtout, d’atteindre un niveau de reconnaissance, un soutien équivalent à celui des hommes. Médiatiquement, on commence à appuyer un peu plus et on se rend compte que les femmes commencent à remporter plus de prix que les hommes. Je pense au basket, au hockey. Les équipes féminines se développent, comme l’équipe de rugby à 7 qui devient très performante et qui vise une qualification olympique.

Les choses sont en train de changer, les médias sont en train de changer. Il y a aussi un intérêt de la part du public. On assiste à de belles surprises, il y autant de valeur, voire plus, avec cette richesse qu’apporte les femmes.

-          Le sport féminin belge ne s’est jamais aussi bien porté. On pense à Nafi Thiam ou Nina Derwael, deux icones.

Il a fallu attendre des filles de ce calibre là, mais on avait aussi Tia Hellebaut, Justine et Kim en tennis. Au niveau de la société, on arrive dans une période d’ouverture totale, on éduque nos enfants de cette manière-là. Il n’y a plus de différence de genre, plus de barrière car on est une femme. Certes le football féminin n’a pas la même reconnaissance financière que leurs homologues masculins, mais ce n’est pas la valeur de base dans le développement sportif. Le sport permet d’évoluer, de grandir, de développer des qualités qui nous serviront toute notre vie, on reste compétiteur dans l’âme.

Chaque sport à ses caractéristiques de base, il ne faut pas se mettre de barrières. Mais il y a des sports qui sont plus destinés aux hommes qu’aux femmes et inversement, ça restera toujours le cas. Mais c’est l’égalité des deux qui fait la richesse du sport.

-          Il y a encore un travail à faire au niveau médiatique ?

Il y a encore du chemin à parcourir pour transmettre des rencontres en direct, oui. Mais je parle surtout de sport de niche. Les filles dans le hockey vont arriver à une égalité au niveau des affiliations dans les clubs. Mais au niveau de la presse écrite, des reportages, on a fait un gros progrès.

 

 

Aller au haut